Marie Curie et les femmes dans la recherche

Les femmes en science ne sont pas nombreuses à avoir franchi le mur de la reconnaissance du grand public. Marie Curie fait indéniablement partie de cette minorité. Cette femme d’exception a cumulé les premières (première femme à avoir un doctorat de physique, première femme à recevoir un prix Nobel, première femme professeur à la Sorbonne… ), ouvrant la voie à d’autres femmes après elle.

Les femmes de l'Institut du radium. Avec l’aimable autorisation du Musée Curie

Lorsqu’en 1891 Marie Curie arrive à Paris, les femmes sont 200 à être étudiantes toutes disciplines confondues, ce qui représente 2 % des étudiants. Parmi elles 70 % sont étrangères. Marie Curie passe deux licences, celle de sciences physiques et celle de sciences mathématiques. Sa rencontre, puis son mariage avec Pierre Curie en 1895 vont changer sa vie. En effet, ils vont la faire bénéficier de conditions qui lui permettront de faire ses travaux, notamment avec l’accès à des instruments de mesure comme l’électromètre à quadrants et le quartz piézo-électrique mis au point par Pierre et Jacques Curie.

Les travaux communs du couple sur la radioactivité le rendent assez rapidement célèbre. Toutefois, cette reconnaissance va d’abord à Pierre. Ce dernier doit demander explicitement que le prix Nobel de physique en 1903 soit également attribué à Marie, ce qui n’était pas initialement prévu. Mais à la mort de Pierre Curie en 1906, la direction de l’Université confie à Marie Curie la direction du laboratoire qu’il dirigeait.

Lorsque l’Institut du radium est créé en 1910, Marie Curie devient la directrice d’un des plus grands laboratoires de science de l’époque.

CONTACT
Soraya BOUDIA
IRIST,  Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (Université Louis Pasteur, Strasbourg),  soraya.boudia@gersulp.u-strasbg.fr

Les commentaires sont ferms !